Albums Reviews

« Villains » de Queens Of The Stone Age : Quand le diable enflamme le dance floor5 min de lecture

Il aura fallu quatre longues années de patience aux nombreux adeptes de Queens Of The Stone Age, pour enfin découvrir le sixième album studio du groupe Américain. Cependant, même si la relève de Like Clockwork s’est fait attendre, on ne peut pas dire que, pendant ce temps la, Josh Homme et sa bande se sont reposés sur leurs lauriers. En effet, tout d’abord la sortie en 2015, de l’album Zipper Down des Eagles Of Death Metal, ainsi qu’une collaboration avec le légendaire Iggy Pop sur Post Pop Depressionsuffisent à démontrer que le géantissime rouquin Californien n’est autre qu’un boulimique du travail. La sortie de Villains ne fait que renforcer ce point.

Date de parution  25 août 2017
Genre  Stoner rock
Label  Matador
Titres (Durée)   9 (48 min)


Une promo cadrée au millimètre 

Avant même d’entrer au coeur des neufs titres que composent Villains, ce qui m’a le plus marqué dans cet opus, c’est son visuel. Je suis littéralement sous le charme de cette pochette représentant Josh Homme, les yeux masqués par un petit diablotin. En plus, la promotion entourant la sortie de l’album est si bien échafaudée que de nombreux graffitis la représentant, arpentent les murs de plusieurs villes Européennes. Des vidéos promotionnelles à caractère humoristiques ont aussi été réalisée dans le but de promouvoir l’album à sa juste valeur.

Le jour même de sa sortie, les hommes de Queens Of The Stone Ages ont provoqué l’hystérie générale en apparaissant, non pas pour un, mais pour deux Secret Set aux festivals de Reading And Leeds. Une promo bien rodée afin que Villains soit pendu à toutes les lèvres. Le pari fut-il réussi ? Oui, l’album étant actuellement numéro 1 des ventes en UK, il semblerait qu’on ai notre réponse.



Du Rock Stoner au disco 

Pour cet opus, les membres de Queens Of The Stone Age, ont eu l’étonnante et controversée idée de s’associer au célèbre producteur Mark Ronson, pour nous offrir une multitudes de titres plus pop et surtout plus groovy. Le pari est audacieux et plus que réussi, comme le démontre le premier extrait Feet Don’t Fail Me avec ce mélange de riffs ravageurs de guitares et de synthétiseurs aux sons plutôt old school. Cette volonté de vouloir faire danser les foules est encore plus flagrant sur le titre The Way You Used To Do, qui ne donne qu’une envie irrésistible de se déchaîner face à la guitare et au déhanchement ravageur de Josh Homme.

Il faut admettre que le travail à la production de Mark Ronson est titanesque et remarquable. Les multiples ajouts d’arrangements et d’instruments (claviers, violons, pédales ….) se mélangent avec brio au Rock Stoner des Californiens, et rendent cet album plus accessible que les précédents opus du groupe. Chaque titre est bourré de compositions et d’agencements variés qui se dévoilent au fil des écoutes. On relèvera notamment les accrocheuses Domesticated Animals et The Devil Has Landed. 

En passant par la légèreté des balades romantiques 

Villains n’est pour autant pas uniquement constitué que de bombes rock. Des titres comme Hideaway ou encore Fortress et sa légèreté, viennent adoucir l’ambiance électrique de l’album. Ce dernier est d’ailleurs un des meilleurs morceaux de cet album. Ce qui me marque aussi dans cet opus, c’est le caractère non linéaire des chansons. Homme l’a d’ailleurs exprimé dans plusieurs interviews. Les chansons « qui tournent en rond et où on devine exactement ce qu’il va se passer » c’est très peu pour lui. L’écouter par morceau ou dans son intégralité, c’est un peu comme une descente vertigineuse dans des montagnes russes; ça fonce, ça secoue et on ne sait surtout pas à quoi s’attendre. Prenons l’exemple de Villains Of Circumstance en clôture, et son final orchestral. 

Un excellent album malgré quelques longueurs 

Malgré toutes ses louanges, n’allez pas penser que Villains soit un Masterpiece. Au contraire, comme beaucoup d’albums, il a ses défauts. On déplore certains morceaux bien moins remarquables que les autres. Je pense notamment à U-Reborn Again qui, je l’avoue ne m’a pas emballé des masses. Certaines longueurs auraient également pu être évité. Mais bon rien de cela n’est important car, au final, ce qu’il en ressort est un très bon album, agréable à écouter, et surtout sur lequel s’amuser.

Villains ne restera pas dans les mémoires comme le meilleur album de Queens Of The Stone Age, mais il le restera comme un des meilleurs albums de cette moitié d’année 2017. Et puis de toute façon, le meilleur album du groupe est loin d’être encore arriver puisque Josh Homme a dévoilé au magazine NME qu’il souhaitait « que son meilleur album soit celui qui sortirait juste avant sa mort« . D’ici là, que j’espère le plus tardif possible, vous pouvez découvrir ces nouveaux titres le 7 novembre prochain lors de leur passage à l’AccorHotels Arena.

 

« There’s no magic bullet, no cure for pain, What’s done is done until you do it again« 


Tracklist

Feet Don’t Fail Me
The Way You Used to Do
Domesticated Animals
Fortress
Head Like a Haunted House
Un-Reborn Again
Hideaway
The Evil Has Landed
Villains of Circumstance

Note : 4/5
Très bon album dans l’ensemble

You Might Also Like

4 Comments

  • Taha
    Reply
    Taha
    5 septembre 2017 at 17 h 50 min

    J’irais l’écouter à l’occasion, cet album a quand même l’air sympa ! 🙂

    • Jennifer
      Reply
      Jennifer
      6 septembre 2017 at 16 h 23 min

      Ils sont géniaux!

  • Reply
    Concrete And Gold des Foo Fighters : un album correct mais pas fou.
    5 octobre 2017 at 11 h 29 min

    […] les titres de leur nouvel album, et seront accompagnés de très beaux noms comme leurs bons amis Queens of the Stone Age, Cage The Elephant, Liam Gallagher, The Kills et Royal Blood. Un mini festival qui tient ses […]

  • Reply
    Meilleurs concerts du mois de Novembre 2017 - Dust of Music
    5 novembre 2017 at 22 h 15 min

    […] 05/11 – Don Broco, Le Trabendo *** 06/11 – The War on Drugs, Le Bataclan 07/11 – Queens of the Stone Age, AccorHotels Arena 07/11 – Benjamin Clementine, Le Grand Rex 08/11 – The Horrors, Le […]

  • Leave a Reply