Soirée mémorable au Casino de Paris avec Nothing But Thieves6 min de lecture

Soirée mémorable au Casino de Paris avec Nothing But Thieves6 min de lecture

par Jennifer

La reprise des concerts a enfin eu lieu pour moi ! Quel bonheur de retourner en concert après deux années. Pour cette soirée d’exception, j’ai décidé de la passer avec Nothing But Thieves. Un groupe que j’ai eu la chance de voir plusieurs fois dont au Café de la Danse en 2016, et que Dust of Music a interviewé en 2018 lors de leur passage au Bataclan. Après tant d’années à les suivre, il était important pour moi de ne pas les louper. Pour la première date de leur nouvelle tournée 2022, ils ont posé leurs bagages dans notre capitale, au Casino de Paris, pour une soirée mémorable.

Black Honey séduit le Casino de Paris

Lors de mon arrivée dans le Casino de Paris, la salle est déjà comble. J’essaye de me frayer un chemin pour finalement me retrouver contre les miroirs qui se trouvent sur les côtés de la salle et de la fosse. Non loin de la scène, un poteau va faire parti de mon champ de vision pendant la totalité de la soirée. J’avais oublié ces petits détails auxquels il faut de nouveau s’habituer pour de nouveau les supporter.

Très peu de temps après, les lumières s’éteignent et la première partie assurée par Black Honey débute. Le charisme de Izzy Baxter Phillips, chanteuse et guitariste, brûle la salle dès ses premiers pas sur la scène. Ce rock indépendant qui leur va si bien arrive à séduire le public dès les premiers morceaux. Il est toujours plus ou moins difficile pour une première partie de faire en sorte que le public soit réceptif mais Black Honey a réussi ce pari ! Malheureusement, j’ai du mal avec les voix féminines comme vous le savez déjà depuis un moment maintenant. Ce qui m’a empêché d’être transcendée par leur musique. Mais mon avis importe peu quand celui de centaines d’autres personnes est positif.

Le grand retour de Nothing But Thieves

C’est après 21h que les lumières s’éteignent à nouveau, laissant place à Nothing But Thieves pour leur Moral Panic Tour. Une intro un peu longue, il faut savoir se faire désirer, et le groupe entre sur la scène, jouant le premier titre, Futureproof. Nous rentrons directement dans le vif du sujet et je sens que la soirée va être mémorable. Le groupe aime passer du coq à l’âne avec des changements d’ambiances, que ça soit avec leur setlist, qui propose Real Love Song et I Was Just A Kid juste après, que par la scénographie. Beaucoup de jeux de lumières, passant du vert au violet ou à l’orange lors des titres présents sur l’album Moral Panic, dont la cover est de la même couleur. Une mise en scène simple, comme Nothing But Thieves.

Après ces trois morceaux, je suis déjà comblée par ce concert, mais pendant les premiers riffs de la prochaine chanson, l’extase s’installe. Trip Switch, un de mes morceaux préférés, en live, après tant d’années. J’ai ressenti beaucoup d’émotions positives et ça fait du bien. Soda me fait redescendre sur terre avant d’atteindre de nouveau le septième ciel avec Itch. Lors de ma découverte de Nothing But Thieves, c’est avec le clip d’Itch, sur une chaîne anglaise, que ma passion pour leur musique a vu le jour. Il est toujours spécial d’entendre LA chanson qui nous a fait aimer un groupe en live.

La magie opère

Une pause jam par les musiciens du groupe et Conor Mason est de retour sur Forever And Ever. Le public est très à l’écoute des paroles, et ça durant toute la soirée. Tout les fans entament Miracle, Baby avant de ne plus faire un bruit afin de laisser les prouesses vocales de Conor résonner dans le Casino de Paris sur Graveyard Whistling, pour le plus grand bonheur des fans. Un sentiment particulier m’envahit, quelque chose que je ressens rarement lors d’un concert. Mais quand je le sens, je sais que je suis en train de vivre un moment spécial. Nothing But Thieves n’a pas besoin d’en faire des caisses pour montrer qu’ils ont leur place parmi les plus grands.

Les premiers riffs d’Unperson font vibrer l’assemblée, décidée à s’amuser. Le quintette en fait autant et se laisse pousser par la magie qui opère ce soir. Particulièrement fan de ce titre, j’imite sans hésitation les personnes autour de moi, afin de chanter par dessus les envolées vocales de Conor ! Même en ayant très peu de visuel sur le reste du groupe, je devine qu’ils font de même. Phobia passe par là, et laisse la place à Particles en version acoustique. Un titre qui a tiré les larmes de son interprète.

Un Casino de Paris à l’unisson

Après plusieurs titres, Nothing But Thieves fait une pause dans leur discographie pour rendre hommage à Taylor Hawkins, batteur des Foo Fighters dont le décès a été annoncé la nuit précédente. Un hommage aussi rendu par Black Honey lors de leur set. L’émotion se ressent dans la salle et il suffit au groupe de jouer les premières notes d’Amsterdam, titre présent sur Broken Machine pour que le public devienne de nouveau fou. L’assemblée ne fait plus qu’un, les voix se mélangent et Conor nous laisse chanter une partie du morceau. Une résonance qui m’avait manqué et que j’aime particulièrement. L’unisson de personnes dont nous connaissons pas la vie et qui lors d’une soirée, sont animées par la même passion, la musique.

Le groupe reviendra pour terminer son concert avec les titres Design et Impossible. Un choix qui me laisse perplexe quand on sait que les concerts précédents se terminaient en folie, sur Ban All The Music, qu’on ne retrouve plus sur leur setlist. Après trois albums et des rééditions, il est certain qu’il est moins simple de mettre en avant tous ces projets quand nous avons moins de deux heures pour le faire. C’est pourquoi, ce dernier morceau est le seul petit point négatif que j’ai à noté de ce concert.

Une montée en puissance

Les anglais de Nothing But Thieves ont fait passé une soirée magique à leur fans, de plus en plus nombreux avec les années. Est-ce la dernière petite salle dans laquelle le groupe jouera à l’avenir ? Je leur souhaite ! L’accueil de l’assemblée a été chaleureux. La voix si authentique de Conor, de plus en plus puissante, arrive à mettre à l’honneur les paroles de leurs morceaux, portées par la musique et les riffs des musiciens. J’appréhendais de revoir NBT, pour plusieurs raisons, autant que celle de retourner en concert. Des appréhensions balayées dès les premières secondes.

Le groupe a promis de repasser rapidement dans la capitale. Le rendez-vous est pris et l’attente se fera avec impatience !

Setlist

Futureproof
Real Love Song
I Was Just A Kid
Trip Switch
Soda
Itch
— Jam
Forever And Ever
Miracle, Baby
Graveyard Whistling
— Speech
Unperson
Phobia
Particles – Stripped
Your Blood
Is Everybody Going Crazy ?
Foo Fighters – Jam
Amsterdam
—-
Design
Impossible

2 Commentaires

Taha 4 avril 2022 - 17 h 22 min

J’avais vraiment beaucoup aimé certains de leurs morceaux, et je suis d’accord : l’ambiance des salles de concert nous avait vraiment manqué ! Content que tu aies pu vivre de telles retrouvailles avec la musique

Répondre
Jennifer 4 avril 2022 - 18 h 29 min

Merci Taha, tellement hâte de pouvoir en faire d’avantage !

Répondre

Laisse un commentaire