Albums Reviews

L’amour avec Phoenix, c’est comme une glace à l’italienne4 min de lecture

Phoenix – Ti Amo

Les quatre rockeurs « Frenchies » les plus connus de la planète sont enfin de retour, quatre ans après le phénoménal Bankrupt!. Pour ce nouvel album, Phoenix a choisi l’Italie, ses escapades nocturnes romantiques, ses plages paradisiaques et ses crémeuses gelato pour nous accompagner sur les dances floors pendant tout l’été.

Date de parution   09 juin 2017
Genre  Synth-pop
Label   Glassnote Records
Titres (Durée)   10 (36:36 min)

 

Après une disparition totale pendant quelques années (quatre pour être précis), Phoenix défrayait la chronique en Avril dernier : ils réapparaissaient sur nos écrans, derrière la bande son d’une pub de lingerie signée Sofia Copolla, compagne de Thomas Mars, leader du groupe. Quelques jours plus tard, le groupe s’annonce en tête d’affiche de quelques festivals, s’invite dans quelques unes des plus grandes salles Européennes (le 29 Septembre à l’AccorHotels Arena)  et enfin libère la pépite que l’on attendait tous ; l’annonce de leur sixième album Ti Amo, accompagné d’un premier extrait jubilatoire J Boy.

Le retour triomphal de  nos Frenchies préférés

C‘est d’ailleurs ce morceau qui figure en tête de proue de ce nouvel opus, avec cette patte typique d’électro pop rêveuse à laquelle Phoenix nous a pendant longtemps si bien habitués. Dès les premières notes de ce titre, avec notamment cette ligne de synthétiseur accrocheuse, on se dirige vers la piste de danse, que l’on ne quittera qu’à la fin des dix morceaux que composent cet album. Le morceau suivant, dont le titre donne son nom à l’ouvrage, est composé de la même fibre. C’est également les premiers pas du groupe dans une autre langue que celle de Shakespeare. Outre un petit passage parlé en Français, Thomas Mars nous susurre à l’oreille des je t’aime en Anglais, Français, Italien et Espagnol. Parce qu’après tout, « la tragédie de l’amour et du désir sans retour«  c’est universel non ?!

Un hymne à la Dolce Vita et à l’italo disco des Seventies

Les titres s’enchaînent avec une certaine continuité, mais sans jamais se ressembler. La fièvre du samedi soir qui nous a contaminé depuis les premières secondes du disque ne s’estompe pas, bien au contraire. Avec des titres comme Tuttifrutti ou Fior di Latte, qui sentent les ballades romantiques et le funk des années 70, nos pieds ne peuvent s’arrêter de bouger.

Toutes les chansons du disque ne sont pas des tubes. Ainsi, on accroche moins par exemple avec Role Model, plus calme et mélancolique que les autres titres, et qui fait dégringoler le dynamisme instauré (on profitera de cette chanson pour aller se déshydrater avec un bon verre de Prosecco). De plus, les fans de Phoenix de la première heure, qui ne jurent que par It’s Never Been Like That ou Wolfgang Amadeus Phoenix seront forcément déçus avec Ti Amo (comme ils l’ont été avec les précédents albums du groupe), bien trop électro pop pour eux.

Néanmoins, ils résident en chaque titre une certaine légèreté et fraîcheur, qui pourrait faire chavirer les moins sceptiques. On notera les remarquables Goodbye Soleil et Fleur de Lys, nos préférées de l’album avec leur refrains addictifs et leur rythmes effrénés 

Enfin, le dernier titre de l’album Telefono nous dévoile un Thomas Mars italophone, dans une conversation téléphonique triste et passionnée avec sa bien-aimée, une déferlante de mots doux en Italien.

Une ode à l’amour, à l’amitié et à l’anti morosité 

Vous vous demandez surement pourquoi une telle inspiration sur ce disque.  Les frères Laurent Brancowitz et Christian Mazzalai, tous deux guitaristes, ont déclaré vouloir rendre hommage à l’Italie de leur enfance, où ils passaient nombre de leurs vacances d’Eté, où la vie était douce et insouciante. Faisant référence à Ernest Hemingway qui a rédigé son ouvrage Paris est une fête bien loin de la ville lumière, Deck D’Arcy et ses acolytes ont affirmé devoir être à Paris pour parler d’Italie. C’est donc pendant presque 3 ans, dans un climat lugubre, aux actualités plus sinistres les unes que les autres (terrorisme, nationalisme et crise des réfugiés) que les 4 garçons se sont enfermés au sixième étage de La Gaîté Lyrique pour nous offrir un album qui sonnerait comme un refuge en ces temps troubles.

Alors mon petit conseil pour ses prochains jours ensoleillés : enfilez votre plus belle capeline et vos lunettes de soleil, enfourchez votre Vespa et retrouvez vos proches en terrasse pour consommer du Spritz  à outrance (bon l’alcool est dangereux pour la santé quand même) : en un mot, profitez de la Dolce Vita. Pour la bande son, faites nous confiance, Ti Amo sera votre compagnon parfait.

Tracklist 

J-Boy
Ti Amo

Tuttifrutti
Fior Di Latte
Lovelife
Goodbye Soleil
Fleur de Lys
Role Model
Via Veneto
Telefono

Note : 3,5/5

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Meilleurs concerts du mois de Septembre 2017 - Dust of Music
    3 septembre 2017 at 14 h 50 min

    […] 27/09 – The Maine, Backstage By The Mill 28/09 – Black Sabbath, La Geode 29/09 – Phoenix, AccorHotels […]

  • Reply
    Le Sacre de Phoenix a l'AccordHotel Arena de Paris
    9 octobre 2017 at 17 h 01 min

    […] y a 4 mois à peine, on découvrait le sixième album studio des Français Phoenix ; Ti Amo. Au bon gout d’Italie et de ses saveurs, il a ensoleillé notre été plutôt maussade sur […]

  • Leave a Reply