Live Reports Reviews

Cage The Elephant s’empare de l’Elysée Montmartre.4 min de lecture

Cage The Elephant. 25.01.2017
Elysée Montmartre. Paris.

Bien sûr, une seule date à Londres n’était pas suffisante pour moi, j’ai été presque obligée d’aller revoir Cage The Elephant dans ma ville. De plus, ce sera la première fois que je retournerai dans la sublime nouvelle salle de l’Elysée Montmatre. Le dernier passage du groupe remonte à Février 2016 dans un Trabendo à craquer et je pense que les accros du groupe n’attendaient que leur retour dans la capitale. Déception ou Satisfaction de la part du public ?

C‘est donc le 25 Janvier dernier que Cage The Elephant a donné rendez-vous à ses fans parisiens dans la salle de l’Elysée Montmartre. Avec une capacité plus grande que le Trabendo, dernière salle où le groupe s’est produit en France, le concert affichait tout de même complet avec 1200 places. Nous retrouvons un public plus jeune que l’année précédente, signe que leur album Tell Me I’m Pretty a su toucher un plus grand nombre de personnes, bien que la jeunesse ait été tout de même présente 11 mois auparavant.
Public bien en place et déjà survolté, les jeunes Twin Peaks, aux sons et aux looks qui n’est sans nous rappeler les années 80, entrent en scène pour plus de 40 minutes de performance. Entre la folie et les hurlements poussés, on ne sait pas trop pourquoi, par les membres du groupe durant leur set, on adore. Et je ne suis pas la seule à la vue du public et de la réception positives des personnes venues pour Cage The Elephant. Bien balancés, leurs titres font sonner un rock sympa, à la cool. Ce qui me permet de vous dire que je pense qu’ils iront loin et que le groupe évoluera rapidement.
Après 30 minutes d’attente, Cage The Elephant arrivent sur la scène et jouent les premières notes de Cry Baby, extrait de leur dernier album Tell Me I’m Pretty. Quelques secondes plus tard, Matt Shultz fait son apparition, ce qui met le public parisien en transe dès ses premiers pas de danse qui lui sont si particuliers. Lors de ce concert, je ne peux que penser de nouveau que Matt est le nouveau Mick Jagger et je ne suis pas la seule à le penser! Même Setlist sur toute la tournée, s’enchaînent In One Ear, Spiderhead, Aberdeen et Take It or Leave It pour laisser place à une chanson plus calme, Too Late to Say Goodbye, ce qui laisse le temps aux fans de se reposer quelques minutes après avoir autant sauté et dansé. Se reposer ? Pas longtemps vu que le groupe enchaînera directement avec Cold Cold Cold, Trouble et l’incroyable Ain’t No Rest for the Wicked. Il n’y a rien à dire sur les titres que le groupe a voulu choisir pour cette nouvelle tournée un bon mélange des quatres opus de leur carrière.
Nick Bock (guitare) viendra jouer plusieurs fois à l’avant de la scène ainsi qu’avec Brad Shultz, frère de Matt, également à la guitare pour notre plus grand plaisir. Ces deux garçons savent jouer de leur instrument et nous le prouvent. Il est dommage que les autres membres du groupe ne bougent pas autant, un peu difficile pour Jared Champion derrière la batterie, c’est vrai! Mais Matt Shultz continue de balayer la scène par son énergie et sa folie, il s’offre le plaisir de cracher en l’air et d’essayer de refaire tomber sa salive dans sa propre bouche, chose qu’il ne réussi pas forcément. Quant à Brad, il s’aventure plusieurs fois dans le public, demandant parfois à certains fans de lui mettre des coups dans le visage durant ses phases de transe. Il vit et aime ce qu’il fait, la fusion entre lui et le public de Cage The Elephant se fait sentir durant toute la durée du concert.
Matt Shultz décide de faire tomber sa chemise pour la dernière chanson, Teeth qui est aussi dingue que son interpréte. Pour ce dernier titre, tous les membres de Cage The Elephant se déchaînent et finissent, du moins ceux qui le peuvent, à jouer dans le public hurlant les paroles à plein poumons. Matt finira le concert debout, dans la fosse, tenu par des dizaines de fans avant de s’y jeter durant quelques secondes. C’est sur les notes de La Vie en Rose que Nick Bock conclu la soirée avec sa guitare avant que le groupe salue son public une dernière fois. Cage The Elephant est au top, ceci est mon dernier mot.

Setlist

Cry Baby
In One Ear
Spiderhead
Aberdeen
Take It or Leave It
Too Late to Say Goodbye
Cold Cold Cold
Trouble
Ain’t No Rest for the Wicked
Mess Around
Punchin’ Bag
Telescope
Back Against the Wall
It’s Just Forever
Come a Little Closer
———————————————
Right Before My Eyes
Cigarette Daydreams
Shake Me Down
Teeth

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    Elsa
    17 février 2017 at 1 h 31 min

    J’imagine que tu devais être la plus heureuse ce soir là. Je me trompe ??

    • Jennifer
      Reply
      Jennifer
      17 février 2017 at 17 h 09 min

      Je ne vois pas de quoi tu parles!

  • Reply
    Maryne
    17 février 2017 at 22 h 51 min

    J’ai connu ce groupe grâce à vous alors je vous dis merci. Je m’en lasse pas.

    • Jennifer
      Reply
      Jennifer
      19 février 2017 at 17 h 10 min

      Oh yesssssss!!! Mission accomplie

  • Reply
    Sophie
    2 juillet 2017 at 12 h 23 min

    Grâce à ton blog j’ai pû approfondir mes connaissances sur ce groupe que je trouve génial

    • Jennifer
      Reply
      Jennifer
      2 juillet 2017 at 16 h 18 min

      Ahah meilleur compliment! Ils sont géniaux!

  • Reply
    Un rendez-vous acoustique avec Cage The Elephant - Dust of Music
    3 juillet 2017 at 14 h 10 min

    […] de leur tournée acoustique, les membres de Cage The Elephant ont enregistré une partie de leurs spectacles intimistes dans les villes de Los Angeles, […]

  • Reply
    Cage The Elephant : le monstre sort de sa cage - Dust of Music
    29 octobre 2017 at 16 h 42 min

    […] un dernier concert en Février dernier, ce mercredi marquait le retour du groupe Cage The Elephant à Paris, avec un concert à […]

  • Leave a Reply