Albums Reviews

The Killers : un beau retour avec Wonderful Wonderful.5 min de lecture

Cinq ans après l’alternatif Battle Born et quelques expériences en solo, le groupe américain The Killers revient avec Wonderful Wonderful, leur cinquième album studio.

Date de parution  22 Septembre 2017
Genre  Alternatif
Label Island Records
Titres (Durée)  10 (43 min)

Le retour de The Killers très attendu par la sphère musicale 

C‘est un retour qu’on attendait depuis bien longtemps ! Après l’album Battle Born en 2012, divers projets solos se sont développés pour les musiciens, notamment deux albums pour leur frontman Brandon Flowers, Flamingo (2010) et The Desired Effect (2015). Néanmoins, il aura fallu cinq bonnes années au groupe pour balancer leur cinquième album studio, Wonderful Wonderful, qui fait clairement honneur à son titre. Lors d’une récente émission avec Annie Mac, le chanteur a teasé cet album en le clamant « plus réfléchi en termes de son » et davantage « funky ». On y découvre en effet un bon mélange de sons et rythmes qui font de cet album un opus plutôt convaincant. The Killers sont clairement de retour dans la partie !

Un début d’album surprenant et contrastant

La première chose qui nous frappe dans cet album, c’est cette ouverture avec la chanson éponyme de l’album qui nous plonge dans une ambiance déstructurée et dark. En effet, ce son étonne lorsqu’on connaît celui de The Killers. On se demande à ce moment-là si la couleur de l’album n’est pas annoncée. Que nenni ! Avec le premier single dévoilé en juin, The Man, le groupe inaugure le côté funky de l’album avec ce titre très groovy qui donnent envie de danser. Le titre a d’ailleurs été accompagné d’un clip où l’on retrouve un Brandon Flowers en mode King of the world. Après ses deux albums solo à côté du projet de groupe, c’est un retour aux sources pour le frontman.

De l’élévation et du mysticisme 

Dans l’album Wonderful Wonderful, une ambiance à la fois élévatrice et mystique revient chez certains titres. C’est le cas avec Rut, aux sons plus électroniques, clairement le genre de titre qu’on pourrait écouter si on devait s’envoler vers les nuages. Cependant, lorsqu’on s’intéresse aux paroles, le chanteur parle avec émotion du trouble de stress post-traumatique de sa femme. Life To Come s’inscrit dans la même lignée que le titre précédent, cependant on retrouve une inspiration claire du groupe U2 et son titre Pride (In The Name of Love). De plus, Brandon Flowers avait annoncé que le groupe souhaitait devenir « les U2 américains », et surtout parce que la production a été pilotée par Jacknife Lee, qui a déjà travaillé avec le groupe irlandais. C’est donc un pari plus que réussi !

Un retour aux sources rock 

Bien que le son général de cet album s’avère être électronique, certains titres font honneur au rock lumineux et incisif que l’on connaît bien chez The Killers. Le single très rock qui étrille Donald Trump, Run For Cover est à retenir grâce à son rythme entraînant et puissant qui nous donne l’envie de nous déchaîner. C’est le genre de chanson qui fera un malheur en live !  Nous pouvons également souligner le titre évangile The Calling, l’un de mes préférés de l’album, qui s’inscrit également dans le côté rock de Wonderful Wonderful. On retrouve avec plaisir des guitares presque saturées et un rythme bluesy. Par ailleurs, c’est l’acteur Woody Harrelson qui ouvre ce titre, récitant l’Évangile selon saint Matthieu. Le chanteur parle alors de sa foi et l’importance de la religion :

«But daddy did you think you could outrun the Holy Ghost?»

Religion, héros et famille

On a  pu observer ce mélange de thèmes à travers The Calling qui traite du dévouement du chanteur du groupe à la religion, ou encore Rut et la très belle ballade atmosphérique et nocturne Some Kind of Love où Brandon évoque le stress post-traumatique de sa femme Tana. Parmi les thèmes abordés, c’est celui des fallen heroes (« héros tombés ») qui est abordé dans la chanson Tyson vs DouglasC’est un titre au rythme enlevé où le chanteur se souvient de son chagrin quand son héros de jeunesse Mike Tyson a été surpris par Buster Douglas et a perdu son premier combat en 1990. Dans un contexte plus personnel, la chanson parle également de la peur de Brandon Flowers, d’échouer notamment dans l’éducation de ses trois enfants.

Une fin Wonderful

L‘album se clôture avec Have All The Songs Been Written?, un titre à l’introduction aux airs de musique classique grâce un son de cordes au synthétiseur. La voix de Brandon Flowers flotte sur cette mélodie encore une fois mystique qui nous emmène dans les nuages voir l’espace. La guitare arrive avec quelques notes placées par là qui suivent la voie chantée. Après deux minutes, ce titre calme monte en puissance et prend une dimension élévatrice qui nous emmène encore plus haut. L’album Wonderful Wonderful se termine dans les étoiles avec ce titre plein d’émotion.

Un bon essai qui signe le retour de The Killers 

Avec ce cinquième opus, le groupe américain séduit avec un très bon mélange de rythmes, tempos et ambiances. C’est aussi la croisée de plusieurs histoires qui nous touchent. Pour ma part, je suis ravie de retrouver ce groupe que j’apprécie tout particulièrement qui m’a clairement convaincu avec Wonderful Wonderful. On sent que les américains ont bien évolué, sans pour autant oublier leurs racines très rock à travers quelques titres. Je n’ai qu’une hâte, c’est de pouvoir aller les applaudir au Zénith de Paris en mars 2018.

Tracklist
Wonderful Wonderful
The Man
Rut
Life to Come
Run for Cover
Tyson vs Douglas
Some Kind of Love
Out of My Mind
The Calling 
Have All The Songs Been Written? 

Note : 4/5
Un bel album pour le retour de The Killers. 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Elodie
    14 octobre 2017 at 12 h 40 min

    Je ne savais pas qu’ils étaient de retour

    • Emma
      Reply
      Emma
      14 octobre 2017 at 19 h 26 min

      En effet Elodie, ils le sont ! 🙂

    Leave a Reply