sam-fender-2019

Sam Fender à La Maroquinerie : un show bourré de professionnalisme et d’altruisme.6 min de lecture

par Emma

Après son passage remarqué à Rock en Seine l’été dernier, le nouveau prodige du rock britannique était de retour à Paris vendredi dernier à La Maroquinerie. Venu présenter son premier essai Hypersonic Missiles, Sam Fender a séduit ses aficionados parisiens au travers d’un concert professionnel et bourré de générosité.

Le concert de Sam Fender à Paris, un retour très attendu

Le concert de Sam Fender était un concert que j’attendais avec impatience. C’est après l’avoir croisé à Rock en Seine que mon intérêt pour l’artiste est apparu. Et son premier album Hypersonic Missiles l’a d’autant plus renforcé. En effet, c’est bien mon album préféré de cette année !
Enfin, je n’étais pas la seule à convoiter cette performance, le concert étant sold out ! Après plusieurs concerts au Supersonic, au Badaboum et puis cet été à RES, l’artiste s’est bien construit une fanbase. Et celle-ci a répondu présente vendredi soir !

Après une première partie plutôt douce assurée par le musicien Mickey Smith, membre du groupe de A Blaze Of Feather. Avec sa musique atmosphérique et éthérée, Mickey a plongé la Maroquinerie dans un rêve qui a duré environ 30 minutes.

Début de concert sur les chapeaux de roues

Il est 21h et quelques minutes passées lorsque les lumières de la salle s’éteignent. Sam, accompagné de ses 4 musiciens et d’un thé dans la main, arrivent sur scène et entament avec empressement Millenial. La belle énergie du chanteur est bien là, et il semble très heureux de revenir dans notre capitale. Par ailleurs, il précisera durant le show que celui-ci est spécial pour lui et son groupe, la dernière fois qu’ils ont joué ici étant en 2017 en première partie de Declan McKenna. On apprendra par ailleurs que l’aftershow était arrosé avec un karaoké assez spécial qui s’y est glissé. On n’en dira pas plus, ça semblait relever d’un private joke entre Sam et son guitariste !

Le premier titre de l’album Hypersonic Missiles de ce soir est Will We Talk?. Sam Fender nous emmène avec lui dans ce début de concert, assez rythmé et emmené également par une audience motivée et très chantante. Et ce, pour le plus grand plaisir du jeune britannique !

Une nouveauté et enchaînement de titres forts

On continue avec All Is On My Side, qui semble être un nouveau morceau. Peut-être figurera t-il sur le prochain album de Sam qui est déjà quasiment terminé ? En tout cas nous l’espérons, car j’ai adoré cette chanson entraînante où la guitare acoustique pour une fois prenait le dessus sur l’électronique. Une chanson résolument plus pop qui intrigue déjà sur le tournant que va prendre le successeur de HM.
Sam prend la parole pour présenter la prochaine chanson, qui s’avère être sa préférée de l’opus : The Borders. Il y avait bien une chanson que j’attends en particulier, et c’était bien celle-ci ! Cette chanson qui évoque les violences domestiques, m’emporte toujours de par son rythme et sa mélodie très 80s.

On arrive à la chanson sûrement la plus importante de cet opus. Dead Boys est la chanson qui a contribué à la notoriété de Sam et qui traite d’un sujet malheureux, celui du suicide. En effet, le nord de l’Angleterre enregistre le plus haut taux de suicide chez les hommes de moins de 45 ans. Le sujet est lourd d’autant plus que Sam avait deux amis qui se sont donnés la mort, ce qui lui a inspiré les paroles de ce titre. Aujourd’hui, l’artiste se dit engagé dans ses chansons et espère que celle-ci en particulier, pourra aider des personnes en difficultés à parler et ne pas garder de sombres pensées pour elles seules.

Euphorie sur « Hypersonic Missiles » et rappel en solo

S‘ensuit Spice, titre issu de son EP Dead Boys sorti en 2018 qui comptait déjà Leave Fast et That Sound, tous deux présents sur HM. La fin de la première partie du concert arrive avec Play God, l’un des premiers singles de Sam où celui-ci évoque les politiciens. Enfin, c’est Hypersonic Missiles qui retentit et toute l’audience se met à sauter tout en criant les paroles de la chanson éponyme de l’opus. Sam et ses musiciens semblent surpris par cet élan du public. Et une fois la chanson finie, tous sortent de scène pour procéder à un rappel.

Quelques secondes s’écoulent et Sam réapparaît seul avec sa guitare électrique pour entamer Dancing In The Dark de Bruce Springteen. Celui-ci a beaucoup inspiré Sam Fender que ce soit dans ses paroles et dans ses mélodies. Le Boss l’a influencé également dans l’utilisation du saxophone dans plusieurs des titres de l’opus.

L‘artiste continue cette pause solo avec White Privilege, l’une des chansons les plus dénonciatrices de l’album. Dans HM, nous avons vu que Sam traite des violences domestiques, du suicide, de la pression sociale mais aussi de la politique. Ce dernier thème est celui de WP dans lequel Sam dénonce le Brexit et ses aficionados, les conflits, la superficialité de la société, la peur de la différence.. Après Dead Boys, White Privilege est sans doute la chanson la plus percutante de cet opus. Nous ne pouvons qu’être surpris par ce jeune artiste qui possède des opinions bien pensées sur les enjeux actuels.

La douceur revient avec Leave Fast, un très beau titre du nouvel album de Sam. Malgré sa gorge qui semble lui jouer des tours, l’artiste produit des très jolies montées vocales. Enfin, ce concert parisien s’achève sur That Sound, titre aux allures de punk rock et guitares saturées. Pour une ultime fois, les musiciens se déchaînent dans l’interprétation de cette chanson qui va rendre fou le public. A 22h10, Sam lâche sa guitare après l’ultime note pour saluer sobrement la foule et partir dans les coulisses.

Un show bien ficelé et carré

Sam Fender a impressionné durant ce concert parisien. Il a enchaîné les chansons, malgré sa gorge fragile. Sam a de la bonne volonté et a souhaité nous délivrer le meilleur de lui-même. Il témoigne d’un charisme et d’un professionnalisme fous qui ne laisse personne indifférent. Le show a été court – puisqu’il n’a duré qu’un peu plus d’une heure, mais cela est malgré tout une durée suffisante pour un premier album. On aurait néanmoins espéré entendre You’re Not The Only One, Saturday ou encore Call Me Lover qui sont également des très bonnes chansons sur HM. Mais la setlist a été efficace ainsi que le rappel qui aura duré quand même 4 chansons dont 3 en solo.

C‘était un concert sans grande difficulté pour Sam Fender qui a proposé un concert complet avec une bonne setlist. Au-delà de son premier essai qui est déjà un bijou de maturité, Sam nous l’a prouvé également sur scène. Pour ceux qui l’ont raté cette fois-ci, pas de panique ! L’artiste sera de retour le 24 février 2020 à la Cigale et les places sont déjà en vente. Nous vous conseillons de ne pas trop vous hâter !

Setlist

Millennial
Will We Talk?
All Is on My Side
The Borders
Dead Boys
Spice
Play God
Hypersonic Missiles
————–
Dancing in the Dark (Bruce Springsteen cover)
White Privilege

Leave Fast
That Sound

Laisse un commentaire