Live Reports Reviews

Mini Mansions au Point Éphémère : un come back efficace et sans artifice.5 min de lecture

Mini Mansions Point Ephémère

Aujourd’hui sur Dust of Music, on vous emmène au concert de Mini Mansions au Point Éphémère à Paris. Après 3 ans d’absence, le trio revient avec un nouvel EP !

Avant de tourner avec les Arctic Monkeys ce mois-ci, le groupe all-star Mini Mansions composé de Zach Dawes, Tyler Parkford et Michael Shuman était de passage à Paris afin de présenter son nouvel EP après 3 ans d’absence, Works Every Time. En effet, beaucoup de choses se sont passées pour les trois musiciens qui ont vaqué à leurs projet respectifs, en assurant notamment les claviers pour les monkeys (Tyler), la basse pour The Last Shadow Puppets (Zach) et à nouveau la basse dans le groupe Queens Of The Stone Age (Michael). Malgré leurs emplois du temps respectifs assez denses, les trois artistes ont réussi à pondre un nouvel EP et ce 3 ans après la sortie de leur très bon second album, The Great Pretenders. Composé de 4 titres, l’EP s’inscrit dans la même dynamique que son prédécesseur et la musique psyche-pop de Mini Mansions s’avère plus émotionnelle et personnelle.

Le concert débute  avec la nouvelle sensation rock tout droit venue de Londres, Sons of Raphael. Comparés à Suicide ou Hawkwind pour les amateurs du genre, ce duo atypique composé des deux frères Ronnel et Loral Raphael respectivement âgés de 18 et 22 ans, balance une musique déroutante influencée par le post-punk des 80s. Deux guitares et une boîte à rythme suffisent à la fraternité qui témoignent d’un charisme et d’un panache sans faille sur scène. Acclamés au Printemps de Bourges, Sons of Raphael semble avoir de beaux jours devant eux.

C‘est au tour des Mini Mansions de monter sur scène. Accompagnés de Dash Hutton,l’ancien batteur de l’un des groupes de Michael Shuman, Wires On Fire, le trio débarque. Habillés d’un costume coloré, les musiciens nous font penser à de nouveaux crooners. Tyler, dans un costume sombre, se place derrière son synthétiseur tandis que Zach en rose pâle et Michael en bleu vif attrapent leurs instruments. Les titres Freakout! et Death Is A Girl, issus de The Great Pretenders, ouvrent le set devant un public qui semble connaître par coeur les paroles.

Avec 5 premières chansons issues de leur second album, le groupe semble vouloir renouer avec le public parisien après leur première partie au concert de Royal Blood à l’Olympia en 2015 mais surtout après l’annulation de leur concert en tête d’affiche au Bataclan, date prévue peu de temps après les attentats de la même année. Avec une setlist composée à la fois des titres du nouvel EP et de leur second album, le trio souhaite rattraper le temps perdu avec l’audience qui semble très réceptive aux titres de la formation.

La première chanson de l’EP Works Every Time arrive, Midnight In Tokyo, dont le clip est sorti aujourd’hui (à voir en fin d’article). La voix suave de Michael Shuman qui s’avère être bon chanteur, fait penser à Edwyn Collins en sûrement plus mystérieux. Par ailleurs, ce n’est pas un hasard que le trio ai repris le tube A Girl Like You de l’artiste écossais en compagnei de Mike Kerr (Royal Blood) dans le nouvel EP. Malheureusement, cette excellente reprise ne sera pas au rendez-vous lors de ce show parisien.

Vient l’un des titres phares du second album, Vertigo, qui est une collaboration avec Alex Turner, le leader des Arctic Monkeys. Le public espère une venue improvisée du chanteur mais c’est Michael qui assurera le couplet de celui-ci. Légèrement frustrant quand on apprend que le lendemain Alex fait irruption au concert de Miles Kane à La Cigale pour interpréter leur titre Standing Next To Me

Néanmoins, pas besoin de Turner pour les musiciens de Los Angeles qui s’avèrent très efficaces. On ne peut que remercier le Lord de les avoir mis ensemble pour former une telle formation ! Nous sommes effectivement devant des artistes hors-pair, humbles et sympathiques (pour les avoir interviewé un peu plus tôt, ndlr) et leur accessibilité est étonnante. Comme quoi ce sont vraiment des personnes comme nous. Michael, Tyler et Zach prennent du plaisir à jouer les titres de la setlist et continuent de faire découvrir le nouvel EP avec le single Works Every Time, un titre love mais pas niais sur une musique pop-électro teintée des 80s qui fait alors penser à Nightcall de Kavinsky.

Au bout d’une petit heure de concert, le trio sort de scène sur le titre Mirror Mountain. Le public réclame un rappel avec enthousiasme mais celui-ci ne se produira pas. Sobres et professionnels, les Mini Mansions ont offert un concert come back parisien à la hauteur de nos attentes. Nous avons fait face à un groupe qui ne se résume pas à Michael de Queens Of The Stone Age, Tyler et Zach respectivement musiciens de Arctic Monkeys et The Last Shadow Puppets. Mini Mansions possède un réel potentiel de tête d’affiche à part entière et on espère sincèrement que d’autres disques vont voir le jour.

Vous pouvez découvrir le clip de Midnight In Tokyo sorti aujourd’hui ci-dessous :

Setlist

Freakout!
Death Is a Girl
Creeps
Double Visions
Any Emotions
Midnight in Tokyo
Monk
Vertigo
Majik Marker
Works Every Time
Honey, I’m Home
Mirror Mountain

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply