« Blue Weekend » par Wolf Alice: la consécration du rock anglais.4 min de lecture

« Blue Weekend » par Wolf Alice: la consécration du rock anglais.4 min de lecture

par Emma

 

Et si c’était le meilleur album de 2021 ? Sûrement trop tôt pour le dire, mais voici déjà 6 mois écoulés et pour moi Blue Weekend est l’album marquant de ce premier semestre. 
Trois ans après Visions Of A Life et un Mercury Prize en 2018, la bande emmenée par la mystérieuse et talentueuse Ellie Roswell revient avec un excellent troisième album.

Contexte

Wolf Alice est un groupe originaire de Londres formé en 2010 et aujourd’hui composé d’Ellie Roswell (chant, guitare), Joel Amey (batterie), Joff Odie (guitare, choeurs) et Theo Ellis (basse, choeurs). Ils sortent leur premier EP en 2013 Blush puis leur second Creature Songs l’année suivante. C’est en 2015 que le groupe attire l’attention avec la sortie de leur premier album My Love Is Cool (Bros, Your Loves Whore, Lisbon, Freazy…) – l’album se hisse à la seconde place des charts anglais et est nommé au Mercury Prize. Cette reconnaissance leur permet de partir en tournée avec The 1975 aux US en 2016.

En 2018, Wolf Alice sort son second album éclectique et atmosphérique Visions Of A Life (Yuk Foo, Don’t Delete The Kisses, Space & Time, Beautifully Unconditional…) et affirme sa place de challenger dans le paysage rock britannique. Nommés une nouvelle fois au Mercury Prize, Wolf Alice va déjouer les pronostics et décrocher le Saint-Graal face aux Arctic Monkeys et à Noel Gallagher également nommés.

Après deux premiers très bons albums, la bande d’Ellie est attendue au tournant. Avec Blue Weekend, le groupe monte encore plus en puissance et confirme sa place de leader dans le paysage rock britannique voire international.

Blue Weekend

Qu’est-ce qu’un blue weekend? Ce qui vient avant un Blue Monday… Trêve de plaisanterie.

Si le groupe nous a habitué à un style allant piocher dans divers genres musicaux, Blue Weekend garde la même recette mais semble présenter encore plus d’éclectisme. Allant de la pop éthérée (Delicious Things, How Can I Make It Ok) jusqu’au grunge (Smile) tout en passant par le shoegaze (Lipstick On The Glass) qui est leur marque de fabrique et le punk à la Yuk Foo (Play The Greatest Hits), Wolf Alice vogue entre les styles et ne campe pas seulement dans un genre unique. Ce qui relève d’un certain talent !

Cette faculté a d’autant plus été challengée par Markus Dravs (Coldplay, Arcade Fire, Björk, Brian Eno) qui a pris en charge la production de l’album. On sent que les arrangements sont plus poussés et les mélodies plus recherchées. Le producteur a su remettre en question la formation sur la plupart de ses compositions, les peaufinant pendant le confinement en étant terrés dans un Airbnb au Somerset. Le groupe met davantage la guitare acoustique en valeur (The Beach, Safe From Heartbreak) et s’essaye même à la balade au piano (The Last Man On The Earth).

La voix d’Ellie continue de nous enchanter, capable autant de belles envolées vocales lumineuses que de cris sauvages – on la sent plus affirmée même sur Blue Weekend avec des lignes chantées également plus réfléchies. Les textes ont entièrement été écrits par le groupe néanmoins on y ressent le point de vue féminin d’Ellie. Que ce soit pour évoquer la rupture amoureuse (No Hard Feelings, Safe From Heartbreak), le girl power (Smile) ou encore la masturbation (Feeling Myself), la femme semble avoir une place de choix dans « Blue Weekend ». Cependant, on reste loin  du côté gnan gnan.
Ellie Roswell se présente comme une femme moderne et vulnérable, trouvant les mots justes pour exprimer le profond de ses pensées et sentiments.  Par ailleurs, la frontwoman s’illustre dans cet album avec des paroles magnifiques plus particulièrement dans le titre lead de Blue Weekend, The Last Man On The Earth, ballade Pink Floydienne dévoilée en début d’année.

Wolf Alice, en activité depuis plus de 10 ans maintenant, signe ici un troisième album génial.

Le groupe a démontré d’une montée en puissance au fil des albums, qui les plaçaient lors de ses débuts en tant que challengers du rock britannique. Mais Blue Weekend change indéniablement la donne et fait évoluer le statut de Wolf Alice pour être actuellement le groupe leader du rock anglais.


Un album marquant pour le groupe comme pour l’auditeur : génialissime,
avec une mention spéciale pour « Delicious Things » qui est une pépite !

Tracklist

The Beach
Delicious Things
Lipstick on the Glass
Smile
Safe From Heartbreak
How Can I Make It Ok
Play The Greatest Hits
Feeling Myself
The Last Man On The Earth
No Hard Feelings
The Beach II.

Laisse un commentaire