Live Reports Reviews

Le triomphe d’Elephanz au Trianon à Paris5 min de lecture

Elephanz est un groupe que dont le nouvel album m’a fait danser, et n’a jamais quitté mes écouteurs. Ils ont effectué un retour triomphal après plusieurs années d’absence, et se sont produits le 22 novembre dernier au Trianon, pour un show tout bonnement incroyable. Retour sur cette soirée mouvementée.

Je vous avais parlé d’Elephanz il y a quelques semaines déjà. Leur album s’était ainsi avéré être une excellente surprise : travaillé, dansant, enjoué et chanté en deux langues, il m’avait absolument convaincu. Leur concert avait été annoncé comme un point culminant de leur tournée, et avait fait l’objet d’une campagne promotionnelle immense. Des affiches dans le métro, des campagnes sur les réseaux, la totale !

Le Trianon est une salle que j’apprécie énormément, pour son ambiance chaleureuse, et sa programmation de qualité. St. Vincent s’y était produite au mois d’octobre, et c’était donc avec grand plaisir que j’y suis retourné un mois plus tard, quasiment jour pour jour.

Gunwood, la première partie rock

gunwood paris dust of music trianon elephanz

Au premier abord, la foule n’est pas dense. En pleine semaine, le public arrive parfois quelques instants avant le début de la première partie, c’est normal. Sur la scène, pas grand chose : un micro sur son pied, et des guitares. Arrive alors l’heure du concert : Gunwood est annoncé comme premier acte. Le trio prend place, et l’ambiance s’installe.

Ces trois français ont un son résolument rock. Aux teintes jazz se mêlent quelques notes de blues, tandis que la part belle est faite à la guitare sèche. La voix rauque et légèrement cassée du chanteur est soutenue par des chœurs, pendant que des accents d’harmonica résonnent à travers la pièce, et que le public se laisse porter par cette musique venue d’ailleurs. Les titres s’enchaînent, et les réactions sont chaleureuses. Il faut admettre que le groupe est extrêmement actif sur scène, et se donne à fond ! Ce fut pour moi une découverte que j’apprécie énormément : leur album, Travelling Soul, est sorti en début d’année, et j’avoue l’écouter plus que régulièrement depuis que j’ai découvert ce groupe. Mention spéciale pour Rainchild, Rescue et Sweet Holy Road, qui m’ont complètement conquis. L’ambiance atteint son summum lorsque nous devons passer au prochain groupe, celui pour lequel beaucoup ont répondu présents : Elephanz !

Elephanz au Trianon : la consécration

paris dust of music trianon elephanz

Le 22 novembre était la date que le groupe attendait avec impatience : annoncée en grandes pompes, cette date parisienne devait être le rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte. Après une première partie joyeusement menée par Gunwood, et qui a permis à l’ambiance de s’installer, arrivent sur scène les deux frères accompagnés de leur batteur. Et le public hurle déjà : un avant goût de ce qui nous attendra tout au long du concert !

Car oui, même s’ils ont mis du temps à revenir sur scène, la musique d’Elephanz est toujours aussi appréciée ! Et ce à plus d’un titre : après des années d’absence, Elephanz avait un nouvel album à performer au public. La salle est comble. Les gens se pressent pour voir ce phénomène qui a rythmé nos vacances d’été. Nous avons envie de passer un bon moment, et les trois français le semblent aussi !

Un show digne des plus grands

paris dust of music trianon elephanz

Le concert commence sur les chapeaux de roues : à peine les premières notes résonnent-t-elles que le public se met à chanter. Les titres d’Elephanz ont ce je ne sais quoi qui fait que les chansons restent en tête. Je me prends au jeu, bien que j’admets moins connaître le premier opus : la fête est folle ! Les morceaux s’enchaînent et ne se ressemblent pas : on passe du joyeux Maryland au superbe American Lover, en passant par The Freakshow… Les deux frères jouent de ce public avide de nouveaux morceaux, et quasiment inépuisable, pour mon plus grand bonheur !

Les deux frères sont ravis de pouvoir vivre ce moment à nos côtés, et nous sommes en pleine transe musicale face à eux. Rarement je n’avais vu Le Trianon aussi excité lors d’un concert ! Nous avions été prévenus, ce concert devait être une fête. Et on ne nous avait pas menti. La production est léchée, les éclairages éblouissants, et les morceaux connaissent une belle cure de jouvence grâce aux différents remix. Enfin, mention spéciale pour les décors de scène, qui nous ont plongé dans un univers futuriste pop-électro, en mêlant miroirs et néons.

Les tubes au rendez-vous

paris dust of music trianon elephanz

Néanmoins, tous ces effets et ce soin ne sont rien sans une musique à soutenir ! Et à quelle musique avons-nous eu droit ! Le public, déjà bien immergé dans cette ambiance festive, et déchaîné, a complètement lâché les rennes quand ont résonné les premières notes de Time For A Change. Un grand moment de liesse se généralise. Et le public entame ce refrain entêtant : time for a change… Le premier rang se prête volontiers au jeu du chant. Il participe, et s’époumone presque ! Tour à tour, les fans chantent dans le micro qui leur est tendu, et relancent encore les chœurs qui se manifestent tout autour de la salle.

Le fameux Blowing Like A Storm est aussi de la partie. Issu de leur dernier album, le morceau n’a pas pas passé les deux premières secondes que le public est en délire. Le titre a en effet connu un franc succès. Repris de la fosse aux gradins, nous sommes conquis. Le groupe est euphorique, et nous le communique. Les différentes campagnes qui avaient annoncé ce concert sont absolument justifiées : j’ai passé un excellent moment, et ai hâte de les revoir en tournée !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply