Live Reports Reviews

Anna Calvi à La Gaîté Lyrique : un retour triomphal.6 min de lecture

Quatre ans après son dernier album One Breath, la géniale Anna Calvi est de retour cette année pour notre plus grand plaisir avec un nouvel album, Hunter, qui sortira fin août.  Actuellement en tournée afin de présenter l’opus à son fidèle public, l’artiste s’est arrêtée à La Gaîté Lyrique vendredi dernier. Un show sensuel et brutal qui a fasciné l’audience parisienne. La grande Calvi est bel et bien de retour !

L’edito

Quand on entend Anna Calvi pour la première fois, on ne sait pas trop sur quel pied danser. Les mélodies sont loin de celles suivant les quatre accords magiques. En effet, elles sont très recherchées, voire innovantes et qui surprennent les auditeurs, ce qui relève du génie de l’artiste. Dans une industrie musicale où le commercial peut facilement prôner sur la musique en elle-même, Anna Calvi se démarque et bon Dieu ça fait un bien fou. Une voix puissante pouvant aller chercher dans les tréfonds les notes les plus basses et s’envoler dans des aiguës dignes des sopranos, Anna a appris à chanter tardivement à l’âge de ses 20 ans et a été éduquée en écoutant Nina Simone et Maria Callas. Ses vocalises prodigieuses se posent ainsi sur ces mélodies originales qui retournent les auditeurs et le petit monde établi du rock. Ayant soulevé toutes les passions, Anna Calvi est une artiste révolutionnaire qui nous étonnera et fascinera toujours.

La petite histoire de Anna

Anna Calvi est une chanteuse et guitariste née à Twickenham en Grande Bretagne. Initiée dès son plus jeune âge par son père au rock de Jimmy Hendrix, au blues de Captain Beefheart ou de Robert Johnson, elle apprend le violon, le piano et la guitare. Elle étudie la musique à l’université de Southampton et fut la chanteuse du groupe londonien Cheap Hotel entre 2006 et 2008. Deux ans plus tard, elle est louée par le magazine NME qui la compare à PJ Harvey et Siouxsie, ce qui la propulse au statut d’artiste à suivre. Une année s’écoule et Anna sort son premier album éponyme. L’artiste se dit influencée par de nombreux artistes issus de mille et un genres, allant du classique au travers Ravel et Debussy, au rock avec Patti Smith, Jeff Buckley, David Bowie, Elvis Presley et Tom Waits, qui l’a beaucoup inspirée durant l’enregistrement de son troisième album, Hunter, qui sortira le 31 août prochain. Actuellement en tournée afin de promouvoir ce futur opus, l’artiste qui s’était faite rare ces derniers temps, s’est arrêtée vendredi dernier à La Gaîté Lyrique et retrouver son public parisien qui lui a beaucoup manqué.

Le retour d’Anna Calvi très attendu

Ce soir à La Gaîté Lyrique, c’est SO pour Anna Calvi. Son dernier concert parisien remonte à 2014 et ses fans sont venus nombreux pour revoir leur artiste favorite. L’audience est par ailleurs très éclectique et est majoritairement issu de la génération X et Y. En guise de premières parties, c’est Jeanne Added et Rouge Mary qui font déhancher la foule avec leurs DJ sets. Un choix plutôt étonnant car cela va à l’encontre de l’univers mystérieux d’Anna. 21h05, les lumières s’assombrissent et le public acclame les deux musiciens accompagnant l’artiste, une claviériste et un batteur. La scène est teinte de rouge et c’est dans une démarche languissante que la chanteuse se présente sur l’avant-scène au plus proche de l’audience avec sa guitare, commençant à jouer le premier titre de ce concert, Away. Avec ce titre doux, c’est comme si Anna ouvrait les portes de son monde énigmatique aux spectateurs et les invitait à la rejoindre pour un voyage dont ils allaient se souvenir pour longtemps.

Anna Calvi, une dualité troublante

Sous ce petit bout de femme qu’est Anna Calvi, se cache une réelle bête de scène. On ne tarde pas trop à le découvrir sur le single annonciateur de l’album Hunter, Don’t Beat The Girl Out of My Boy, sur lequel l’artiste nous offre des moments bestiaux et passionnés où on la voit presque comme possédée. A maintes reprises, l’artiste se laisse tomber de manière franche sur l’avant-scène tout en tenant son micro comme si sa vie en dépendait tout en laissant sa voix produire des cris aussi merveilleux que mélodieux. A côté de ses élans sauvages, l’artiste sait se refermer sur elle-même le temps d’une chanson plus douce. Dans ces moments-là, on voudrait l’approcher mais nous sommes trop impressionnés et nous craignons surtout qu’elle file entre nos doigts. Pourtant Anna sait créer un lien entre elle et ses fans et n’hésite pas à les percer de son regard clair et ce d’une manière très sensuelle. Car oui, Anna Calvi est très sensuelle voire sexuelle, c’est indéniable. Son style androgyne fascine autant les femmes que les hommes et nous nous laisserions presque tentés par ce personnage à la chevelure brune et bouclée et aux lèvres pulpeuses teintées de rouge.

Une setlist découverte avec quelques classiques

Anna Calvi se présente à nous ce soir avec un nouvel album, Hunter, dont les chansons composent la majeure partie de la setlist. En live, on découvre des titres inédits auxquels il faudra accorder notre attention à l’écoute de l’opus. Il va sans dire que les chansons que l’on découvre ce soir sont pour la plupart excellentes, ce qui renforce notre furieuse envie de tenir entre nos mains Hunter, qui sortira en août prochain. Cependant, l’artiste n’a pas oublié ceux qui la suivent depuis le début et offre en guise de remerciement quelques de ses titres à l’image de Desire et d’autres issus de ses albums précédents comme No More Words, Suzanne and I ou encore I’ll Be Your Man. De plus en encore, elle repartira dans son tout premier opus éponyme avec Love Won’t Be Leaving et Sing To Me, avant de terminer sur sa reprise du titre Ghost Rider du groupe Suicide, sur lequel l’artiste se déchaînera une dernière fois.

Une Anna Calvi triomphale à La Gaîté Lyrique

Après quatre ans d’absence, Anna Calvi nous avait terriblement manqué.  Une nouvelle fois, l’artiste impose avec son jeu de guitare virtuose et sa voix singulière et magnifique. Son univers continue de soulever les passions et nous sommes les proies de cette tigresse qui nous encercle de ses mélodies travaillées et sublimes. Si vous avez manqué ce concert d’exception, sachez que l’artiste sera présente le samedi 25 août au festival Rock en Seine au Domaine National de St Cloud. Il serait très dommage de louper une telle occasion ! Tickets : https://www.rockenseine.com/billetterie/

Setlist
Away
Indies or Paradise
Hunter
Don’t Beat The Girl Out Of My Boy
As A Man
Suzanne & I
I’ll Be Your Man
Alpha
No More Words
Swimming Pool
Chain
Wish
Desire

Sing To Me
Love Won’t Be Leaving
Ghost Rider (Suicide cover)

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply