Live Reports Reviews

Les Américains de Hippo Campus décrochent les Etoiles3 min de lecture

Les jeunes Américains du groupe Hippo Campus ont profité des première semaines douces de l’Automne pour arpenter les routes d’Europe et nous présenter au passage leurs titres aux accents d’indie rock. Ils se sont arrêtés dans notre belle capitale, le temps d’une soirée. C’était le 7 Octobre dernier dans la petite salle Les Etoiles, et on vous raconte tout.

Hippo Campus, composé de 4 jeunes garçons prometteurs, nous vient directement de la ville de St Paul dans le Minnesota. Rencontrés sur les bans du Saint Paul Conservatory for Performing Artists où ils étaient tous élèves, Jake Luppen et ses acolytes nous ont offert, il y a quelques mois, un premier album, Landmark, très réussi. Accompagnés d’un nouvel EP disponible depuis le 12 Septembre dernier, Warm Glow, les jeunes hommes ont traversés l’Atlantique pour faire danser les fosses du vieux continent.

Une popularité déjà bien confirmée

Le groupe anglais Marsicans qui les accompagnait sur les autres dates de cette tournée Européenne sont occupés en festival de l’autre coté de la Manche. C’est donc un concert sans première partie auquel nous avons droit ce soir-là. C’est devant des premiers rangs bien serrés que les garçons font leur entrée sur scène. Les exclamations du public se font encourageantes lorsque débute le premier morceau Way It Goes. C’est sous le signe de la bonne humeur que s’enchaînent les titres, principalement issus de leur premier album Landmark, mais également de leurs précédents EP Bashful Creatures et South.

On remarquera vite que l’audience est majoritairement féminine, comme le témoignent les cris, parfois proche de l’hystérie, à chaque fois que Jake s’exprime ou atteint les aigus. Il est vrai que celui-ci possède un charisme indéniable, malgré son jeune âge, et que ses vocalises offriront quelques frissons lors de cette soirée. En tout cas, malgré leur « début » dans ce milieu, Hippo Campus peut déjà se vanter d’amasser, bien loin de leur terre, un bon groupe de fans à leurs pieds. Mais n’allez pas croire que ces derniers sont là uniquement pour la « plastique » du leader! À les voir s’émouvoir et se trémousser sur les titres du groupe, il semble évident que la musique passe en premier. D’ailleurs, nous aussi on se laisse aller à danser au rythme de la guitare de Nathan Stocker et la batterie de Whistler Allen.

Une complicité indéniable

Des morceaux comme Baseball ou Suicide Saturdays offrent de beaux moments d’amusement aussi bien du coté de la scène que du public. Les garçons, très souriants, montrent qu’ils s’amusent. Eux aussi se mettent à danser et on peut également voir qu’ils sont très complices entre eux. Comme ce moment où Zach Sutton à la basse, rejoint son guitariste pour jouer en face a face. Après un peu plus d’une heure de jeu, les garçons nous annoncent tristement qu’il est bientôt l’heure de se quitter ; et c’est avec leur titre Buttercup qu’il nous font leur adieu.

Evidemment, ceci n’est pas du gout du public des Etoiles ce soir-là, qui réclament à l’unisson une dernière chanson tandis que la salle est plongé dans le noir. C’est au bout de quelques minutes, sous nos cris et nos applaudissements, que les jeunes hommes remontent sur scène. Le très attendu Violet résonne alors dans l’enceinte pour quelques minutes supplémentaires de liesse en ce samedi soir.

C‘est avec grand plaisir et surprise que nous avons assisté au show d’Hippo Campus. C’est un groupe talentueux, prometteur, et surtout très à l’aise sur scène que nous avons pu découvrir et ce malgré leur jeune âge. Aucun doute qu’ils connaîtront un succès grandissant sur nos terres, et on a déjà hâte de les revoir bientôt.

Setlist

Way It Goes
Little Grace
Sophie So
Western Kids
Simple Season
Suicide Saturday
Poems
Moonsoon
South
Baseball
Traveler
Bashful Creatures
Tuesday
Buttercup
————————————-
Violet

Jake Luppen (chant/guitare), Nathan Stocker (guitare/chant), Zach Sutton(basse) et Whistler Allen (batterie/chant).

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply