Live Reports

Tom Odell, le retour gagnant du songwriter.4 min de lecture

Tom Odell. 22.04.2016
La Boule Noire. Paris.
 
3 longues années, c’est le temps qu’a infligé le chanteur Tom Odell, à ses fans, entre la sortie de son premier album et son retour sur la scène musicale. A l’occasion de l’annonce de la sortie de son second opus, le songwriter s’organise une tournée intimiste à travers l’Europe. No Bad Days s’est arrêté à Paris le 22 Avril à La Boule Noire. On vous raconte.

Avant de commencer, laissez moi vous annoncer que malheureusement cette chronique ne possède pas de photos du concert; ces dernières étant malencontreusement restés dans l’Iphone que l’on m’a subtilement dérobé dans le metro, il a de ça quelques jours.

La petite salle de La Boule Noire se remplit rapidement en ce jeudi soir. La rapidité de la vente des billets pour ce concert montre bien que les Parisiens étaient plutôt pressés de revoir leur pianiste préféré sur scène. Peut avant 20h, c’est un jeune homme qui entre en scène, seul, pour ouvrir la soirée. Ce garçon, c’est Tim DupLe coup de coeur fut immédiat pour ce jeune artiste. S’attendant à une copie plus ou moins conforme de la tête d’affiche, quelle ne fut pas notre surprise lorsque celui-ci se mit à chanter en FrançaisDe mon point de vue, il faut une bonne dose d’audace et de talent pour oser s’attaquer en chanson à notre langue maternelle. Et visiblement Tim ne semble pas manquer des deux qualités. Son set débute sur la chanson TER centre dont le clip est disponible depuis quelques jours. Pendant 30 minutes, le jeune garçon nous présente ses compositions bourrées de jeux de mots et notes d’humour. De plus, entre chaque, Tim Dup prend le temps de nous raconter l’histoire derrière chacune de ses chansons nous permettant ainsi une immersion complète dans son univers.

Peut avant 21h, heure supposée d’entrée sur scène de Tom Odell, c’est une 2eme surprise que nous réserve cette soirée avec l’apparition d’un nouveau jeune homme Français derrière le piano. Son nom, c’est Hugo Silver et sa particularité, c’est qu’il a été invité à venir jouer en personne par Mr Odell, lorsque celui ci a entendu sa reprise au piano de son titre Wrong Crowd. C’est donc cette reprise ainsi qu’une de ses compositions personnelles qu’est venu nous présenter Hugo et devant le talent de pianiste indéniable de ce garçon, on comprend pourquoi Tom Odell l’a convié ce soir.

Arrive enfin le moment tant attendu de l’entrée du chanteur et son groupe de musiciens. Le show débute sur Still Getting Used, nouveau titre très puissant qui donne de suite la tonalité de ce 2eme album. La quasi-totalité de la setlist de ce soir, hormis les plus gros succès de A Long Way Down est réservée a des titres inédits de ce second opus. Après l’interprétation de son premier extrait Wrong Crowd d’ailleurs réarrangée musicalement pour l’occasion, il quitte le piano pour nous présenter Concrete. Loin de l’univers  »piano-voix » typique de son 1er album, sur scène, les chansons prennent, avec l’aide du groupe, une toute autre dimension. On a l’impression d’assister à un énorme  »boeuf » musicale entre amis tant on ressent la complicité et le plaisir de chacun sur cette scène, et notamment de son protagoniste principal.

L‘ancien Tom Odell n’a pas complètement disparu pour autant, et il nous le prouve avec Constellation, ballade poignante  digne d´un Till I Lost ou Grow Old With Me. Cependant pas le temps de laisser la mélancolie s’installer, car l’énergie repart de plus belle, avec toujours au programme des titres inédits. On ressent même des tonalités plutôt rock dans ces nouvelles compositions. Le bel Anglais s’offre même le luxe de partager son gobelet en plastique de Whisky avec les fans du premier rang en nous expliquant comment une de ses ex lui avait inspiré la chanson suivante JealousyL’émotion provoquée par Another Love, le titre qui lança la carrière de Tom, montre bien que les anciens titres sont accueillis avec autant de plaisir que les nouveaux.  Vient déjà l’heure du rappel, où Tom Odell nous gratifit de l’ancienne Grow Old With Me avant de conclure en apothéose avec Hold Me. Le final est parfait et représentatif de ce que Tom a à nous offrir : de l’intensité, de la puissance, de la maturité…. Bref, cette belle tête blonde a bien grandit et nous le montre bien. Esperons que les versions studio de Wrong Crowd (date de sortie le 2 Juin) seront à la hauteur de la représentation scénique. 

Setlist 

Still Getting Uses
I Know
Wrong Crowd
Concrete
Constellations
Daddy
Can’t Pretend
Here I Am
Jealousy
Another Love
Magnetised
—————————————-
Grow Old With Me
Hold Me

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply