Live Reports

Bring Me The Horizon, le retour électrique.4 min de lecture

Bring Me The Horizon. 14.04.2016
Le Zénith. Paris.

F
ormé en 2004, les britanniques de Bring Me The Horizon étaient de retour dans notre belle capitale pour un concert mythique au Zénith de Paris. La musique, les fans, la bière et les pogos étaient au rendez-vous, mais pas que. C’est Don Broco, groupe de rock alternatif  et pop rock, originaire de Bedford en Angleterre, qui ouvre la soirée au Zénith. Le groupe nous offre une setlist à la hauteur de leur univers. Chez Dust of Pastel, enfin surtout moi, on adore Don Broco et nous avions hâte de voir ce que le groupe pouvait nous offrir en live.

Les premières notes de You Wanna Know commencent quand j’arrive dans la fosse, pas encore complète, du Zénith. La présence du chanteur, Rob Damiani, est bien présente dès le début du concert. Malheureusement, le public dans la salle n’est pas très captif au son de Don Broco qui fait de son mieux pour prouver son talent. Automatic se fait entendre dans la salle et le public commence à se connecter à l’esprit du groupe, qui fait asseoir toute la fosse, durant une des chansons dont ma mémoire ne se souvient plus, pour la faire se jeter dans tous les sens. Dernière chanson, Money Power Fame fait exploser l’ambiance au Zénith. Et c’est avec une envie de les revoir au plus vite à Paris que nous attendons l’arrivée de Bring Me The Horizon sur scène.
Setlist Don Broco : You Wanna Know, Priorities, What You Do To Me, Automatic, Superlove, Actors, Fancy Dress, Fire, Thug Workout, Nerve, Money Power Fame.

Prévu initialement au Trianon, le concert a été déplacé au Zénith après une forte demande. Pas assez grande tout de même à la vue des nombreux gradins vides et à la place dans la fosse. Ce n’est pas pour autant que nous allons nous démotiver et n’allons pas profiter à fond du retour de Bring Me The Horizon dans notre capitale. C’est avec la chanson Doomed, issue de leur dernier album That’s The Spirit que le groupe entre en scène avec à l’arrière un jeu de lumières très bien synchronisé. On a pas l’habitude de voir autant de jeu de scène et de lumières avec Bring Me The Horizon mais nos yeux adorent. Happy Song défoule les fans et les premiers pogos peuvent commencer. Les râleurs sont priés d’aller au fond de la salle et de laisser les plus enjoué s’amuser et se défouler de leur journée!

Oliver Sykes, chanteur, nous sort les premières notes de Chelsea Smile pour le plus grand bonheur des anciens fans en manque du côté deathcore du groupe. Oliver montre que sa voix va bien et qu’elle est belle et bien présente malgré les nombreux soucis qu’il a pû avoir avec celle-ci. Throne, Shadow Moses et Sleepwalking se suivent. True Friends commence et on devine qu’elle fait partie des chansons favorites du public. La scénographie complète est bien millimétrée avec les paroles des différentes chansons du show ainsi que le rythme des musiciens. Malheureusement, la setlist me laisse un peu sur ma faim. Le manque d’anciennes chansons comme The Comedown se fait sentir pour les fans de la premières heures. Cela ne nous empêche pas de participer aux nombreux pogos qui se créent naturellement au fur et à mesure du concert.
L‘ambiance globale du Zenith est géniale. Les gens s’amusent, ça sent la bière, la transpiration et le mélange des cultures se réunissant toutes pour profiter du même concert, de la même musique. Pendant une minute, nous nous rappelons que nous sommes tous présents pour la même chose ce soir et putain, ça fait du bien! Le concert se termine avec Drown, nombreux couples s’embrassent et pour nous, les célibataires, nous décidons une dernière fois de nous mêler aux pogos de la soirée alors qu’une pluie de confettis s’abat sur nous. Les portes s’ouvrent pour sortir et nous avons envie de remercier Don Broco et Bring Me The Horizon de nous laisser rentrer chez nous, épuisés d’avoir autant eu envie de se lâcher.

Setlist

Doomed
Happy Song
Go To Hell, For Heaven’s Sake
The House Of Wolves
Chelsea Smile
Throne
Shadow Moses
Sleepwalking
True Friends
Follow You
Can You Fell My Heart
Antivist
————————————————
Blessed With A Curse
Drown

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Boom
    26 avril 2016 at 8 h 03 min

    J'en prends note, je vais les voir en festival, hiiiiiiiiiiiiiii 😀

  • Reply
    Dust Of Pastel
    8 mai 2016 at 18 h 08 min

    Nous aussi!!!!!

  • Leave a Reply