Live Reports

Blossoms, la nouvelle sensation de l’Indie Rock Britannique5 min de lecture

Blossoms. 24.10.2016
La Boule Noire. Paris. 
Depuis maintenant plusieurs mois (voir bientôt années), un jeune groupe Anglais, originaire de Stockport (près de Manchester), attire toutes les attentions des amateurs d’Indie Rock, et soulève les foules de l’autre côté de la Manche. Ce groupe, c’est Blossoms, dont le premier album éponyme, disponible depuis Août 2016, a fait l’exploit de rester deux semaines consécutives à la première place de l’UK Album Chart. Phénomène plutôt rarissime, notamment pour un groupe novice. Après un passage au festival Les Inrocks l’année passée, et un autre en première partie du groupe The Coral en Avril dernier, les 5 Britanniques s’offraient enfin leur premier headline show dans notre capitale, en ce lundi 24 Octobre à La Boule Noire.

C’est le groupe Bigger, originaire du Jura, qui ouvre cette soirée a La Boule Noire. Le chanteur, Kevin Twomey, qui lui est Irlandais (également chanteur du groupe Monsieur Pink) et le guitariste Damin Félix, membre du groupe Catfish, accompagnés sur scène par trois autres musiciens, sont venus nous présenter quelques morceaux dont certains issus de leur dernier EP Bones & Dust.

Nous devons avouer que ce fut une agréable surprise que de découvrir ce groupe sur scène. Les compositions, pop à la limite du rock garage parfois, sont entrainantes et convaincantes. Les instruments, et notamment les guitares sont bien maîtrisées et dosées. Kevin Twomey, parfait showman complètement habité, captive aussi bien par son timbre grave que par ses mouvements incessants. En y repensant, on a l’impression d’y voir un mélange entre Pete Doherty et Ian Curtis de Joy Division. Bref, une première partie de soirée plus que réussie.

Après une courte entracte, les héros de la soirée Blossoms arrivent enfin sur scène. Difficile à croire que ces 5 garçons ont à peine dépassé la vingtaine, avec cette dégaine et ce look, tout droit sorti des années 70’s ; cheveux longs, skinny jeans, col roulé ou veste en jean, total look noir et blanc… Le set commence de manière dynamique avec leur morceau Blow. De nombreux fans, semblent avoir fait le déplacement ce soir, certains même depuis le Royaume Uni ; En effet, dès les premières notes, le public se met a danser et plusieurs maitrisent même les paroles sur le bout des doigts. Tout au long de leurs set, s’enchaîneront titres de leur premier opus, ainsi que ceux des premiers EP qui ont fait leur renommée.

Il nous faut relever la performance de At Most A Kiss, qui pour notre part, constitue un des meilleurs voir LE meilleur du groupe. Nous ne résistons pas a sa mélodie presque disco joué au synthé par Myles Kellock. Les garçons semblent très a l’aise sur scène, en témoigne l’attitude nonchalante du guitariste Josh Dewhurst ; chacun semblent maitriser parfaitement son instrument. Le public paraît aux anges, même si l’interaction entre les deux est quelque peu absente. Un peu plus tard s’enchaînent les deux singles phares Getaway et Blown Rose. Un des meilleurs moments du set.

Alors que les dernière notes de Blow Rose résonnent encore, Tom Ogden agrippe sa guitare acoustique pour nous interpreter My Favourite Room, unique ballade de l’album. Le public jubile et s’empresse de poser sa voix sur celle du garçon, offrant un joli moment. Le reste du groupe, dont le batteur Joe Donovan et le bassiste Charlie Salt, le rejoignent au cours du morceau. Un garçon dans le public ira même jusqu’à sortir son briquet, ce qui provoquera l’hilarité du chanteur, surpris de ce geste.

Au terme de ce joli moment, il est temps de redescendre sur terre, lorsqu’on nous annonce la fin prochaine de ce concert. Les jeunes nous font comprendre qu’ils ne sont pas fans des conventions sociales en zappant le rappel, pour nous jouer leur trois derniers morceaux. C’est au morceau Cut Me And I’ll Bleed que revient la tâche de reprendre la dynamique de ce set. Le concert finit évidemment, sur le succès du groupe Charlemagne, qui déchaîne une dernière fois le public présent ce soir.

On ne peut évidemment passer à côté du talent indéniable des garçons de Blossoms, qui avec leur compositions rythmées et teintées de sonorités Pop et Rock, directement piochées dans les années 70, nous montrent que la jeunesse Britannique a encore plus d’un tour dans son sac, pour nous surprendre et nous séduire. On notera tout de même, une légère déception du côté de la performance scénique. En effet, on déplore dans un premier temps, le grand manque d’échanges et d’interactions entre le groupe et ses fans. De plus, il nous manquait cet enthousiasme qui anime, d’habitude, les jeunes groupes lors de leur premier passage Parisien. Les quelques mots du frontman sur leur joie de jouer devant nous, et l’amour qu’ils portent a notre ville, ont un peu de mal a nous convaincre. Seront-ils plus bavard lors de leur prochain passage a Paris, la semaine prochaine, en première partie de Jake Bugg (le 7 Novembre a l’Elysée Montmartre) ?

Setlist
 
Blow
Texia
At Most A Kiss
Honey Sweet
Smashed Pianos
Across The Moor
Getaway
Blow Rose
My Favourite Room
Cut Me And I’ll Bleed
Deep Grass
Charlemagne

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply