Albums Reviews

Album de la semaine : « Different Creatures », Circa Waves vire du côté sombre.3 min de lecture

Après de longs mois d’absence, nous avons décidé de faire renaître de ses cendres notre rubrique « L’album de la semaine« . Tout comme son nom l’indique, ce rendez-vous hebdomadaire sera dévoué au décorticage d’un album apprécié par un de nos rédacteurs. Nouveautés, disques d’anthologies, retours dans le passé et coups de cœur ; de quoi vous faire découvrir ou redécouvrir nos albums préférés.

L‘album proposé cette semaine a beau être sorti depuis trois semaines maintenant, il continue à faire partie de mes écoutes quasi quotidiennes. Le fait qu’il soit produit par un de mes groupes favoris y est effectivement pour quelques chose, mais n’est évidemment pas l’unique raison. Je pense pouvoir affirmer, et ce sans me voiler la face, que Different Creatures de Circa Waves est un des meilleurs albums de ce début d’année.

Deux ans après nous avoir fait rêver et danser avec Young Chasers et leur succès au bon gout d’été T shirt Weather, les Liverpuldiens faisaient leur retour dans les bacs, ce vendredi 10 Mars 2017 avec leur nouvelle progéniture Different Creatures. Si vous avez fait le tour des différentes chroniques présentes sur le net au sujet de cet album, vous pourrez y lire, encore et encore, que ce disque a la particularité d’être plus sombre, plus lourd, plus mature que son aîné. C’est pas ici qu’on vous dira le contraire car c’est effectivement le premier constat qui vient à l’esprit à l’écoute de l’album. Le premier titre et également premier single Wake Up est l’image parfaite de cette évolution, avec son riff si enivrant.

On sent les garçons plus nerveux, plus énervés au long de ce disque, mais toujours avec cette même fougue qui les anime. Plus engagés aussi, notamment d’un point de vue du discours. Alors que Young Chasers pointait les difficultés d’entrer dans l’âge adulte avec les doutes et angoisses propres à notre génération sacrifiée, Different Creatures met l’accent sur des phénomènes de  société, comme la crise sans précédent des réfugiés Syriens (Different Creatures) ou encore la dépression et l’anxiété masculine, qui reste encore un sujet tabou dans notre société actuelle (Out On My Own). La plume de Kieran Shudall est décidément plus mature mais toujours aussi juste et poétique. On retrouve également cette maturité dans le timbre de sa voix. Plus posée, plus grave ; elle a bien grandi, tout comme le jeune homme.

Les tubes s’enchaînent sans se ressembler, avec des accords et mélodies fortes et entêtantes, à l’image de Fire That Burns ou Stuck. Tout au long des titres, le même rythme effréné et ce rock percutant nous entraînent. Seul moment de répit au milieu du disque, avec Love Runs Out, que Kieran a écrit il y a quelques années maintenant pour la femme qui partage sa vie. Loin d’être dégoulinant de niaiserie, le titre romantique menée par une guitare acoustique montre que Circa Waves excellent également dans leurs ballades.
Avec Without Out, on retrouve le son propre et particulier de Young Chasers. Et enfin, Old Friends, douce ballade aux accents retro qui clôture cet opus, a le don de nous étonner. Les dernières minutes du morceau avec cette intensité ascensionnelle par l’introduction des trompettes me ramène d’emblée à certains morceaux emblématiques d’un autre groupe, eux aussi de Liverpool. En même temps, pour des « scousers » cette influence est forcément inévitable.

Bien loin de se reposer sur leurs lauriers et appliquer de nouveau la recette gagnante qui a fait le succès de leur premier opus, Circa Waves a brillamment montré, avec Different Creatures, qu’ils avaient plus d’une corde à leur arc et qu’ils ne nous ont pas encore dévoilé l’étendue de leur talent. D’ailleurs, une des forces majeures de ce groupe est évidemment la scène, et cette capacité a démultiplier l’énergie volcanique émanant de leurs titres. Vous en voulez la preuve ? Rendez-vous le 13 Avril prochain, à La Maroquinerie.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply